Rechercher

Le téléphone le nouveau maillon faible du traitement du diabète?

Au début, le téléphone servait à téléphoner avec des touches et une antenne que l'on dépliait. Dans "pretty woman" on pouvait même le jeter dans une poubelle (au moins Richard Gere). Maintenant, le smartphone sert à communiquer et devient le coeur des dispositifs du traitement du diabète. Apps avec outils connectés, montre connectée, intégration des données d'activité physique, du rythme cardiaque, du sommeil via Google Fit et Apple Health, quantification des glucides avec apps dédiées qui vont aussi bientôt intégrer les données des stylos connectés. Une galaxie de nouvelles fonctions!

Se pose désormais la question du bon modèle pour assurer la télésurveillance par le centre qui vous propose un télé-coaching, communiquer avec son capteur de mesure du glucose, transmettre les données de boucle fermée dans le cloud (par exemple Carelink pour la 780G, MyLoops pour le terminal Diabeloop DBLG1 et d'autres à venir). Si le téléphone n'est pas compatible (la Chine, la Corée du Sud et la Californie ne sont pas toujours en phase...) ou pire si l'on se souhaite pas de téléphone notamment pour les enfants, il reste le câble USB et l'ordinateur. Dans certains cas, la compatibilité entre les systèmes dépendra des mises à jour des systèmes d'exploitation des smartphones. Une vraie fuite en avant et un vrai casse tête.

On pensait que le plus dur était de trouver la bonne dose d'insuline et que la technologie allait nous simplifier la vie. Erreur! Le nouveau défi est devenu celui de l'autonomie de la batterie de son téléphone. Le transfert des données du Dexcom G6 et la nécessité de maintenir l'application activée pour limiter les pertes de signal, la fréquence des scans du freestyle libre, l'analyse des données en plus de tous les usages addictifs avec les sms, story, snaps, se repérer en ville, avoir des infos, jouer etc imposent de bien optimiser la batterie de son téléphone en développant de nouvelles compétences: utiliser le mode écran sombre, limiter l'éclairage écran, supprimer les antennes de recherche wifi, la géolocalisation, la décharge automatique des podcasts, les mises à jour automatiques. Pas certain que l'on puisse encore écouter de la musique!...Il faut espérer que les nouveaux dispositifs du diabète puissent à l'avenir communiquer automatiquement et nous laisser un peu de batterie pour téléphoner.


66 vues0 commentaire

Centre du diabète DIAB-eCARE

64 avenue Rockefeller, 69008 LYON

diabecare.contact@chu-lyon.fr

Actualités

# Interview BFM Business. ici

# Le podcast d'Aurélie et de Mathilde sport et diabète # 1 ici    # 2  ici  

# DexcomG6@diab-ecare la révolution. ici