Rechercher

La survenue d’un diabète pendant la grossesse : bien plus qu’une histoire de chiffres

L'hyperglycémie qui se développe pendant la grossesse et disparaît après la naissance est reconnue depuis plus de 50 ans, mais diagnostiquer un « diabète gestationnel » reste toujours un sujet de débat entre experts pour une définition consensuelle au niveau international. C'est actuellement la complication médicale la plus courante de la grossesse, et sa prévalence chez les jeunes femmes est en augmentation. Le surpoids et l'obésité de la mère, l'âge tardif de la maternité notamment après 35ans, les antécédents de diabète gestationnel, les antécédents familiaux de diabète de type 2 et l'origine ethnique sont les principaux facteurs de risque. Le diagnostic est généralement effectué à l'aide d'un test oral de tolérance au glucose mais la pandémie à la COVID-19 nous a indiqué que d’autres méthodes sont possibles mais ne sont pas encore validées.

La modification du régime alimentaire et l'augmentation de l'activité physique sont les principaux traitements, mais la pharmacothérapie, généralement l'insuline, est utilisée lorsque la normoglycémie n'est pas atteinte. Le traitement améliore les résultats immédiats de la grossesse, en réduisant la croissance et l'adiposité excessives du fœtus et les risques hypertensifs liés à la grossesse. Récemment, il a été noté que l'inflammation, le stress oxydatif notamment au niveau placentaire, et le microbiote intestinal participent au développement de la maladie, avec des effets potentiellement néfastes sur la santé du binôme materno-fœtal à court et long terme. Le diabète gestationnel augmente le risque de complications à long terme, notamment l'obésité, l'altération du métabolisme du glucose et les maladies cardiovasculaires, tant chez la mère que chez l'enfant. Ceci contribue probablement à l’épidémie de diabète de type 2 par un effet d’amplification trans-générationnel. Le suivi et la prise en charge optimale de la mère et du nourrisson reste difficile, avec une mise en œuvre très limitée de stratégies préventives dans la plupart des régions du monde. Il s’agit d’une nouvelle frontière que le centre DIAB-eCARE souhaite aborder.

394 vues0 commentaire