Rechercher

Télésurveillance et diabète: la place des personnels de santé doit être mieux valorisée

Dernière mise à jour : 29 janv.

La télésurveillance des maladies chroniques a bénéficié d'un programme expérimental unique en Europe, le programme ETAPES. Un axe spécifique concerne les personnes avec un diabète de type 1 mais aussi la mise sous insuline au cours du diabète de type 2. La pandémie à COVID 19 a accéléré l'essor de la télémédecine et notamment la télésurveillance. Il s'agit avant tout d'accompagner, aider au quotidien dans différents aspects pratiques de la gestion de cette maladie complexe avec en plus des doses d'insuline, gérer l'influence des repas et de l'activité physique pour l'équilibre des courbes de glycémie. Pour une équipe impliquée dans la télésurveillance, il faut avant tout disposer des connaissances de la maladie, d'une organisation et d'outils dédiés, d'une posture éducative et bienveillante comme souligné dans le référentiel de la Haute Autorité de Santé qui vient d'être publié. Le nouveau tableau de bord de la plateforme Glooko-Diabnext illustre bien l'importance du savoir faire pour la formation et le pilotage en particulier des innovations technologiques comme la boucle fermée.

Les discussions qui portent sur la tarification de cette activité viennent de débuter. Il faut espérer que les autorités de santé et l'assurance maladie comprennent les enjeux stratégiques avec la juste reconnaissance tarifaire des personnels de santé à la fois des équipes hospitalières et des spécialistes libéraux. Ce n'est que par cette reconnaissance de la charge en soins (temps et complexité) que la télésurveillance pourra être mise en place avec succès. #telesurveillance #diabete

257 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout