Rechercher

Un stylo à insuline connecté, pourquoi faire?

Un nouvelle page de la diabétologie est en train de s'écrire. Après le centenaire de la découverte de l'insuline, la mesure continue du glucose interstitiel avec des capteurs, l'infusion automatisée d'insuline au moyen de pompes connectées pilotées par des algorithmes de plus en plus sophistiqués, arrivent désormais les stylos connectés. Le stylo jetable ou rechargeable permet l'administration d'insuline avant chaque repas et permet de réguler la production hépatique de glucose, soit habituellement 4 à 5 injections quotidiennes pour une personne présentant un diabète de type 1. Un stylo connecté se connecte à quoi? A une application compatible sur son téléphone pour remplir automatiquement le carnet numérique du diabète. Cela devrait logiquement être aussi le lien manquant avec les professionnels de santé en charge de la télésurveillance pour disposer à large échelle des données insuline et glucose, suivant les recommandations de la HAS et de la SFD.

Un stylo connecté, à qui? D'abord à l'utilisateur bien sur. Mais aussi à l'équipe en charge du suivi de chaque sujet porteur d'un diabète suivant le cahier des charges de la télésurveillance. Un stylo connecté, quel modèle? On peut distinguer des stylos spécifiques de l'insuline de chaque laboratoire, soit réutilisables, soit jetables avec l'ajout d'un capuchon connecté spécifique ou d'un dispositif universel qui se rajoute au stylo, de systèmes à transmission automatisée ou nécessitant une action manuelle de transfert. Il existe enfin une nouvelle génération de stylos connectés universels, mais dans le cadre d'un environnement numérique dédié. On saisit facilement que le stylo connecté devient un nouvel enjeu industriel avec les développements de l'IA pour les calculs de doses ou les alertes automatisables sur l'observance. Stylo connecté, quels points de vigilance? Il est souhaitable que cela ne devienne pas une nouvelle barrière à l'interopérabilité des systèmes grâce à la nécessaire compatibilité avec les plateformes de télésurveillance, à la liberté de choix des insulines, au respect de la propriété et de la sécurité des données de santé. La diabétologie 3.0 c'est bien, mais il faut dès à présent se méfier des dérives, de prendre en compte le risque de fracture numérique des sujets n'ayant pas le téléphone compatible, de la nécessité d'intégrer le stylo connecté dans une prise en charge partagée et sécurisée entre professionnels de santé et sujets porteurs d'un diabète. #insuline; #télésurveillance; #diabète

126 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout