Rechercher

Les 5 choses que tout sujet débutant un diabète de type 1 doit savoir

D’aprés une note rédigée par Stephen Ponder sur le site www.sugarsurfing.com, traduite et accessible à tous.

Le diabète de type 1 arrive souvent de manière totalement inattendue. Le choc, le déni, la peur et la tristesse sont les premières réactions habituelles. Pour la plupart, le tourbillon d'émotions négatives autour de soi et de sa famille influencera considérablement ce qui se passera ensuite. Voici les 5 principales choses que j'estime essentielles à transmettre au début du diagnostic, si ce n'est lors de la toute première rencontre à l'urgence, à l'hôpital ou à la clinique.


1. Personne n’est responsable. De nombreuses personnes éprouvent un sentiment de culpabilité sur quelque chose qu'elles ont fait (ou n'ont pas fait) et a conduit au diabète. Le diabète de type 1 est le résultat d'une action auto-immune prise contre les cellules bêta productrices d'insuline dans le pancréas. Aucun acte de volonté ou d'omission ne provoque cela. Cela doit être clair dès le départ. Il n'y a pas de place pour la culpabilité et la honte dans le diabète et il est vital de les dissiper au début. Je vise à ce que ce soit la première chose que j'enseigne. Il y a souvent un soupir de soulagement audible après le partage de ces informations. Cela facilite l'introduction des autres points clés.


2. Une vie normale reste l’objectif principal. La vie avec un diabète de type 1 s’est améliorée. Avec un soutien continu et une formation appropriée, toutes les opportunités de la vie restent à la portée des personnes atteintes de diabète. Lorsqu'elle est complétée par des outils et les nouvelles technologies, la personne atteinte de diabète devrait s'attendre à une vie et une carrière épanouissantes dans le domaine d'activité qu'elle recherche. Des barrières existent toujours dans un nombre limité de professions. L'avenir n'a jamais été aussi brillant pour la personne ou l'enfant atteint de diabète de type 1 pour exceller dans le chemin de vie sur lequel ils se sont engagés.


3. Il n'y a ni bon ni mauvais diabète. La vie est une série interminable de notes et de bulletins. Le quotidien du diabète peut facilement devenir envahi par l'auto-jugement ou le jugement inutile des autres. Aussi bien intentionné soit-il, il n'y a pas de moralité dans le diabète. Il s’agit d’un trouble métabolique qui n’a pas été choisi par une personne. Il faut des connaissances, de l'expérience et de la compréhension pour le gérer au jour le jour. La prise en charge du diabète est un processus et non un résultat. Étant donné que le diabète est envahi par les chiffres, c'est un piège séduisant d'utiliser des mots comme «bon» et «mauvais» en association avec ceux-ci, soit avec soi-même, soit pour un proche atteint de la maladie. Essayez d'éviter d'utiliser «bon» ou «mauvais» pour décrire le diabète ou sa gestion. La glycémie peut être «dans la plage», «élevée» ou «faible» et les résultats de l'A1C peuvent être «dans la cible» ou «hors de la cible».


4. Les soins du diabète sont définis par les choix de chacun. On dit que l'adulte moyen fait 35 000 choix discrets chaque jour. Plus de la moitié de ces choix sont basés sur les habitudes (c'est-à-dire que nous n'en sommes pas toujours conscients) et le reste est fait consciemment. Mais le nombre total reste stupéfiant. Notre vie quotidienne est définie par ces choix, à la fois ceux sur lesquels nous agissons et ceux sur lesquels nous n'agissons pas. Les actes d'omission pèsent lourdement dans le monde du diabète. Imaginez simplement l'effet de ne pas prendre une dose d'insuline programmée ou de ne pas vérifier la valeur de la glycémie avant une activité critique. Qu'en est-il de ne pas manger de repas après avoir pris une dose d'insuline à action rapide? Les choix sont la devise d'une autogestion efficace de la glycémie.


5. Ne vous comparez pas aux autres. Vous êtes unique. Nous vivons dans le monde des réseaux sociaux. Beaucoup d'entre nous partageons constamment des détails intimes de notre vie quotidienne et de nos sentiments les plus intimes en ligne avec des inconnus. Que ce soit à travers un post, une image ou un clip vidéo, nous visons à ce que les autres nous voient comme nous le souhaitons, et vice-versa. La communauté en ligne sur le diabète peut être inestimable en tant que moyen de soutien pour les personnes atteintes de diabète. Mais il peut aussi être considéré par certains comme un critère sur lequel nous nous mesurons. Cela conduit à des comparaisons injustes et parfois à l'envie. Cela peut également être une source d'intimidation et de honte. Le diabète de chacun est différent de milliers de façons. Évitez de comparer votre vie (ou celle de votre proche atteint de diabète) à celle des autres. Comme le piège bon-mauvais, les comparaisons mènent généralement à la jalousie et à la frustration.


32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout